Depuis septembre 2013 la marque Kinder Bueno du groupe Ferrero à mis fin au partage de son délicieux produit et a axé sa stratégie sur le plaisir qui est « si bon qu’on en deviendrait méchant ». Mais les consommateurs ne sont pas les seuls à vouloir garder les Kinder Bueno pour eux.

La « Evil Machine »

L’énervement sur les distributeurs automatiques de boissons ou de nourritures est un classique. A l’occasion de sa nouvelle ligne stratégique « Si bon qu’on en deviendrait méchant », Kinder Bueno a imaginé un horrible distributeur, qui refuse de donner le Kinder Bueno acheté.

Cette diabolique machine met la patience des passants à rude épreuve. Équipé d’un hautparleur, le distributeur se moque des clients, en demandant par exemple, de « changer de doigt » pour taper le code, ou en déclenchant de la fumée et l’alarme à incendie pour ceux qui craquent, etc. mais qui surtout, refuse de délivrer le produit acheté.

Heureusement, après quelques minutes d’exaspération, les clients sont sauvés par un technicien qui dévoile la supercherie et qui donne les Kinder Bueno tant désirés. Kinder Bueno n’a pas poussé le vice jusqu’à rendre également « méchant » ce sauveur, qui aurait pu tout aussi bien partir avec la barre chocolatée.

Autres termes recherchés :

About Author

Leave A Reply