Si la course au temps est un véritable défi pour les publicitaires qui cherchent à capter les consommateurs en quelques secondes, la nouvelle marque de lingerie L’impatience, n’en déplaise à son nom, fait tout le contraire. En faisant du temps la notion clé de son message, la marque s’empare de l’attention de l’internaute en utilisant avec astuce les fonctionnalités de Youtube. Une campagne torride où se mêlent habilement frustration, désir et attente.

Le temps : l’allié du plaisir… et du teasing !

Petite (ou grande) nouvelle dans l’univers de la lingerie française, L’Impatience se lance dans la cour des grands avec cette campagne audacieuse et déjà très conceptuelle. Alors que la marque se distingue de ses concurrents en proposant toute une gamme de dessous censés s’enlever en un claquement de doigt grâce un système de boutons pressions ou de nœuds, le temps apparait a priori comme un vecteur incontournable pour cette campagne de lancement. C’est en effet l’angle d’attaque adopté par la marque qui, accompagné par l’agence Y&R Paris, nous surprend néanmoins en prenant le contrepied de nos attentes. A travers une campagne diffusée en France à partir du 18 avril sur Youtube, en RP et via les réseaux sociaux, L’impatience prône étonnamment l’attente, le désir, la tension… bref, fait du temps l’allié de notre désir …et de son implantation. Comment ? En poussant l’internaute à prendre son temps pour mieux comprendre la substance de son message. Et même à en reprendre !

Une campagne aussi explicite qu’astucieuse

« Time is pleasure » est un spot publicitaire complètement inédit réalisé à deux vitesses. Si la marque joue à fond la carte de la sensualité à travers des visuels explicites, son message n’en est pas moins subtil. En effet, grâce à une réalisation savamment pensée par Davin Black, la marque joue avec les émotions de l’internaute et lui propose plusieurs scénarios. D’abord une mise en scène rapide, où les séquences se suivent et s’entrecoupent pour nous mener (trop) rapidement au résultat final d’une valse amoureuse, créant ainsi un sentiment d’incompréhension et de frustration. Mais à la fin de la vidéo, la marque nous propose une nouvelle mise en scène en nous incitant à ralentir la vitesse de lecture. La vidéo prend alors un tout nouvel aspect : plus doux, plus sensuel. L’impatience nous raconte ici une véritable histoire : celle de la séduction, de la tension, de l’attente ; celle de l’intérêt de prendre son temps…

La marque pousse d’ailleurs son concept jusqu’au bout en déclinant notamment une collection de bougies brûlant à différentes vitesses, offerts aux 50 premiers clients de son e-commerce et en créant en parallèle une chaine de podcasts intitulée « Interviews culottées » pour raconter la sensualité à travers des témoignages.

Une marque qui mise sur son ADN

A travers cette première campagne de communication, L’impatience s’impose dans un milieu très concurrentiel comme une marque pas comme les autres. En jouant sur plusieurs tableaux, la marque réussit à jouer l’ambivalence tout en asseyant une véritable personnalité. S’il ne tourne pas autour du pot, le créateur de lingerie parvient à mettre en scène de façon subtile des émotions et s’impose ainsi comme un partenaire privilégié de la sensualité. En utilisant de manière inédite et pertinente l’une des nombreuses fonctionnalités de Youtube, la marque surprend et intègre parfaitement l’internaute dans l’intimité mise en scène.

Une réussite pour une première campagne à la fois franche, poétique, et surtout riche de sens.

About Author

Laisser un commentaire