Des zones de chaleur, une carte du monde et des indicateurs d’activité humaine…il n’en fallait pas plus à WWF pour trouver le media idéal et communiquer auprès d’une cible difficile à sensibiliser. A travers une campagne de 24H imaginée en collaboration avec l’agence Fred & Farid, WWF France joue sur l’instantanéité de SNAPCHAT et s’appuie sur ses fonctionnalités pour dénoncer les désastres du dérèglement climatique, qui lui, n’ « a rien d’éphémère ».

Une campagne éphémère qui capitalise sur l’instant grâce à SNAPCHAT

Si vous avez entre 15 et 25 ans, il y a de fortes chances que vous connaissiez la « SNAPCHAT MAP », cette fonctionnalité ludique qui permet d’apprécier en direct l’activité des internautes à travers le monde grâce à des « zones de chaleur ». Alors que ces zones géolocalisent normalement des lieux très fréquentés où se déroulent des évènements fortement relayés sur les réseaux, là n’est pas notre surprise lorsque WWF utilise cette Map en créant une zone de chaleur en Arctique. Plutôt inattendu, n’est-ce pas ? Et pourtant, WWF nous montre que cette zone géographique n’est pas exempte d’actualité. En cliquant sur la zone, les internautes ont ainsi pu découvrir une série de courtes vidéos mettant en scène les conséquences en cours et à venir du réchauffement climatique. Concret, le message de la campagne #ArcticHotspot n’est pour autant pas seulement alarmant. Les vidéos montrent en effet également les moyens mis en œuvre pour lutter contre cette catastrophe écologique. L’idée ? Faire comprendre, et notamment aux plus jeunes que « pour la nature, le dérèglement climatique n’a rien d’éphémère » et qu’il faut agir « maintenant ».

Une campagne qui fait mouche auprès de la génération Z

La campagne #ArcticHotspot n’a pas choisi son support au hasard et démontre par ses choix toute la subtilité de sa création. En effet, avec ses 19 millions d’utilisateurs actifs chaque jour, ses 10 milliards de snaps consultés par jour et une audience dont la moyenne d’âge se situe autour de 16,5 ans, SNAPCHAT s’avérait être le media le plus pertinent pour assoir le message de l’ONG qui cherche de plus en plus à s’adresser à un public jeune (voir l’article #Toolatergram : WWF nous vend du rêve et nous ramène vite à la réalité) . Non seulement par souci de sensibilisation, mais aussi parce que les moins de 25 ans sont également les plus susceptibles de connaitre les désastres du réchauffement climatique de leur vivant. Mais la réussite de la campagne ne tient pas seulement au choix du canal. A fois pédagogique et incitative, il s’agit ici de sensibiliser en invitant les utilisateurs à agir à leur échelle grâce à des conseils pertinents et surtout à partager le message autour de leur sphère.

En résumé, avec une cible clairement identifiée, un media pertinent, une fonctionnalité innovante, un message clair et incitatif, un format court et bien positionné (le 22 Mai étant la journée internationale de la biodiversité), il semble que tous les astres soient alignés pour assurer un succès à cette campagne qui fait « des zones chaudes » des lieux de réflexion plus que de fatalité.

About Author

Leave A Reply