Les déchets nous envahissent depuis un bon nombre d’années, particulièrement dans les villes… La ville de Limoges souhaite réagir pour créer un déclic chez les Limougeauds !

Pour cette campagne de sensibilisation, la métropole limougeaude met le paquet. À l’image d’un film policier, tout dépôt sauvage trouvé dans la ville sera encerclé de rubalise jaune et noire comme sur une scène de crime. Parce que jeter ses déchets n’importe où, oui c’est un crime…

Comme il est écrit sur la campagne de communication « Ce n’est pas une fiction ! ». A partir de mai, comme indiqué sur l’affiche, les déchets seront entourés de rubalise comme dans les polars.

« Chaque semaine, près de dix tonnes sont ramassées dans les rues de Limoges et son agglomération. C’est inadmissible. » Sarah Gentil, vice-présidente de la métropole de Limoge en charge de la politique des déchets.

Ces actes anti-responsables ont un coût exorbitant pour la ville et les contribuables, on parle d’environ 500 000 euros.  C’est aussi un temps de travail supplémentaire pour les agents de la ville qui se retrouvent dans l’obligation de débarrasser et nettoyer les rues.

Notamment durant la pandémie, il est courant de retrouver les masques parterre dans la rue, car les gens ont pris de très mauvaises habitudes. Cette campagne de sensibilisation a donc pour principal objectif de choquer les gens et de les culpabiliser de leurs actes.

Dans de nombreuses villes, des systèmes similaires ont été créés pour ralentir les déchets sauvages. Par exemple, à Avignon, des pièges photographiques ont été installés pour trouver les coupables de ces délits.

 

 

 

 

 

STOP !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Affichez votre pub ici

Autres articles

Recevez les mises à jour

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Autres articles

EnglishFrançais