La grève, lancée par le Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT pour protester contre le plan social à venir chez Presstalis, a bloqué la sortie des quotidiens ce mercredi 6 février.

Quand les quotidiens subissent la grève…

Le Monde n’a pas pu sortir mardi et il se peut qu’aucun titre national ne paraisse ce matin. Ils seront absents des kiosques en raison d’un mouvement de grève lancé par le Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT (SGLCE-CGT) contre un plan social de Presstalis, première messagerie de presse de France.

Le Canard Enchaîné, imprimé le mardi pour être en vente le mercredi matin, sera quant à lui en kiosque jeudi matin avec 24 heures de retard, a-t-on indiqué à la direction de l’hebdomadaire satirique. Du côté des quotidiens gratuits, Métro « ne sortira pas (…) suite au mouvement de grève déclenché par le SGLCE-CGT », a-t-il annoncé dans un communiqué. En revanche, contacté par l’AFP, 20 minutes a indiqué qu’il paraîtrait bien mercredi. Le Monde de mercredi, daté de jeudi, devrait être imprimé normalement et en kiosque en région parisienne mercredi soir.

 

Presstalis distribue 75% de la presse nationale et vient d’échapper au redressement judiciaire grâce à un accord conclu vendredi dernier entre les éditeurs et actionnaires de la messagerie et l’Etat pour financer son plan de restructuration. L’intégralité des quotidiens nationaux, va mettre en place un plan de restructuration, dont le principe a été adopté en novembre 2011 et qui prévoit notamment 1.250 suppressions de postes sur 2.500 salariés.

 

Ces dernières semaines ont été ponctuées par le blocage à tour de rôle de l’ensemble des quotidiens nationaux, le SGLCE entendant faire pression pour améliorer les conditions du plan social et s’opposant à des licenciements secs, jugés inévitables par la direction.

 

Jeudi doit se tenir une rencontre entre la direction et l’ensemble des représentants syndicaux de Presstalis et de ses filiales.

 

« Faute de solution rapide, c’est l’ensemble de la filière industrielle et logistique de la presse qui est gravement menacé, et à terme l’existence des quotidiens », estime le SPQN.

(source TF1 News)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles

Recevez les mises à jour

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Autres articles

EnglishFrançais