Le 26 mars dernier, le Ministère de la Santé nous présentait via son agence Santé Publique France, sa nouvelle campagne d’information et de sensibilisation sur les ravages de l’alcool intitulée « Alcool et repère ». L’objectif: faire prendre conscience aux français qui sont les 8ème plus gros consommateurs d’alcool au monde, les risques pour leur santé d’une surconsommation d’alcool et les informer des nouveaux repères de consommation fixés par le Ministère.

Des risques souvent méconnus et minimisés

41000, c’est le nombre inquiétant de décès causés chaque année par l’alcool et 9 millions, le nombre de français qui boivent régulièrement dont 5 millions tous les jours. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas ou peu les différents risques qu’ils encourent avec une consommation trop élevée d’alcool, ni les nouveaux repères de consommation.
Europe 1 a interrogé certains consommateurs, voici leurs réponses :
« Je ne pense pas que ce soit mauvais », « Je sais que c’est à peu près recommandé de boire un verre de vin rouge par jour, pas plus je pense », « je ne pense pas que ce soit mauvais parce qu’il paraît que, même dans les maisons de retraite, on fait boire aux pensionnaires un verre de vin par jour ou une coupe de Champagne parce qu’il paraît que c’est bon pour la santé » ou encore « c’est deux ou trois verres pour les hommes je crois, et pour les femmes c’est moins ».

Aujourd’hui, les nouveaux repères équivalent à pas plus de 10 verres par semaine et pas plus de 2 verres par jours pour les hommes et les femmes, et des jours dans la semaine sans consommation. Malgré ces nouveaux chiffres, des études ont montré que 25 % des Français ont une consommation supérieure à l’un ou l’autre de ces repères (1 homme sur 3 et 1 femmes sur 7).

Une campagne qui invite les français à évaluer leur consommation d’alcool et à la réduire

« Notre objectif est de permettre aux français de faire le choix éclairé d’une consommation à moindre risque pour leur santé. Sans nier la dimension « plaisir » qui peut être associée à la consommation d’alcool, cela nécessite de faire connaitre les risques associés à l’alcool, de diffuser auprès de tous les nouveaux repères de consommation et d’inviter les Français à réfléchir sur leur consommation » explique François Bourdillon, Directeur Général de Santé Publique France.

Réalisée par DDB° Paris, cette campagne nous dévoile des scènes ordinaires du quotidien de français où l’on y voit des amis à la sortie d’un bar, un homme au volant de sa voiture ou encore une jeune femme qui se réveille seule dans son lit… Et personne n’est ivre ou saoul «Parce qu’il n’y a pas besoin d’en arriver là pour que l’alcool fasse des ravages».

Avec cette nouvelle campagne, le Ministère espère faire entendre aux français qu’une trop grande consommation d’alcool peut être très dangereux pour la santé et être à l’origine de nombreuses pathologies. En effet, il n’est pas simplement la cause d’accidents de voitures, de pertes partielles de mémoire ou encore de bagarres comme beaucoup se l’imagine, mais peut engendrer des maladies graves comme des hémorragies cérébrales, de l’hypertension ou même des cancers. On entend d’ailleurs la voix off dans la publicité nous dire : «Ceci est une publicité contre les ravages de l’alcool. Au-delà de deux verres par jour, vous augmentez vos risques d’hémorragie cérébrale, de cancer et d’hypertension». Le film conclut sur les nouveaux repères de consommation, pour une consommation à moindre risque : «Maximum 2 verres par jour et pas tous les jours».

Malgré une campagne forte qui on l’espère marquera les esprits, on se demande toutefois si celle-ci va permettre une réelle prise de conscience et un réel changement dans la manière de consommer des français.
Des campagnes plus régulières de la part du Ministère de la Santé serait peut être une solution pour  impacter de manière continue les consommateurs.

Le spot est diffusé jusqu’au 14 avril sur les chaines nationales et d’Outre-mer, sur les plateformes de de vidéo en ligne et sur les réseaux sociaux. Dispositif complété par des chroniques radio, des publi-rédactionnels, une campagne digitale et la diffusion de vidéos dans les salles d’attentes des hôpitaux ou maisons de santé.

Pour évaluer votre consommation hebdomadaire d’alcool au regard des nouveaux repères, rendez-vous sur https://alcoometre.fr/

Autres termes recherchés :

About Author

Leave A Reply