Ce n’est pas la première fois que la chaîne de grande distribution est accusée de publicité mensongère. En effet en 2012, Leclerc a déjà été condamné en appel pour publicité trompeuse.

E.Leclerc: des produits moins chers que ses concurrents ?

parapharmacie

 

La bataille entre E.Leclerc et les pharmaciens devrait faire l’objet d’un nouveau volet judiciaire dans les prochaines semaines. Cette fois-ci, 130 officines membres du réseau Univers Pharmacie menacent d’attaquer le groupe de grande distribution en justice pour publicité mensongère. Une décision collective nourrie par l’annonce récente du tribunal de La Roche-sur-Yon (Vendée) qui a condamné début mars, pour cette même publicité, le groupement d’achat des centres Leclerc à verser la somme de 10.000 euros au titre de préjudice moral et d’image à une pharmacie de ce réseau, ainsi qu’environ 11.000 euros pour la perte de clients éventuels.

La publicité incriminée affirmait que les parapharmacies des hypermarchés Leclerc proposaient des produits moins coûteux que leurs concurrents et surtout 32,5% moins chers que les officines membres d’Univers Pharmacie. «C’était impossible pour nous. On a vérifié et on s’est rendu compte que 79% des pharmacies prises en compte ne faisaient pas partie de notre réseau», affirme au Figaro Daniel Buchinger, président d’Univers Pharmacie, avant d’ajouter que «le relevé des prix de Leclerc se faisait à partir de prix promotionnels qui ont été remontés après la campagne de publicité».

Depuis plusieurs années, le groupe Leclerc tente de s’implanter sur le marché des médicaments non remboursés et s’attaque ainsi au monopole des pharmacies. L’enseigne d’hypermarchés met en avant la réduction des prix qui découlerait d’une ouverture du marché. Les officines craignent de leur côté des risques pour la santé des patients.

Ces pharmacies résistent en répondant à coups d’attaques judiciaires contre les publicités jugées dénigrantes du groupe de grande distribution. D’autant plus que les règles afférentes aux officines en matière de publicité sont extrêmement restrictives. Leclerc ne semble pas pour autant avoir dit son dernier mot et devrait poursuivre ses offensives pour mettre son plan commercial à exécution et enfin parvenir à vendre des médicaments sans ordonnance dans ses hypermarchés. De quoi s’attendre à de nouvelles querelles entre les deux parties.

 

About Author

Leave A Reply