Dans un contexte économique morose pour les acheteurs et les constructeurs, un marché européen en crise, des aides gouvernementales focalisées sur les véhicules électriques…

Une embellie parait impossible

Pourtant, ce secteur est un fleuron de notre industrie et de notre économie qui doit être préservé, autant que les emplois sur le territoire français. Le web et l’économie 2.0 peuvent apporter leur pierre à l’édifice… L’observatoire Cetelem de l’automobile 2013, paru hier, confirme cette piste. Un marché plus difficile Depuis 2008, le marché automobile européen connaît une grave crise et les ventes continuent à baisser. Les perspectives de reprise semblent lointaines et incertaines. Pourtant le marché mondial devrait battre un record en 2012 avec 80 millions d’immatriculations .

En effet, les perspectives d’avenir semblent plutôt se situer en Asie (+29,8% de croissance) et l’Amérique Latine (+15,6%). Toutefois, l’Europe et la France n’ont pas dit leur dernier mot. Grâce à des stratégies de partenariat et d’internationalisation, l’industrie automobile européenne pourra connaitre des perspectives de croissance importantes dans les marchés des pays émergents.

Par ailleurs, l’innovation industrielle automobile a effectué un déplacement vers les pays émergents qui ne sont plus aujourd’hui des usines de production mais bien des bassins d’innovation. La demande et le marché existent donc bien mais ailleurs ou différemment de ce que nous connaissions… Les constructeurs européens doivent privilégier l’export pour s’accorder aux tendances du marché et pour répondre à la demande sud américaine et asiatique… mais ils ont encore une carte à jouer en Europe.

Certes, la demande a changé : elle est dorénavant davantage tirée par les prix. Contexte de crise économique oblige ! Preuve en est : le marché de l’automobile d’occasion apparait surdimensionné en France . Quand Internet vient épauler un secteur Pour le marché français, les constructeurs ont construit tout un réseau de concessionnaires leur permettant de cibler une clientèle fidèle à leur marque et répondant à leurs exigences. Ils offrent une vitrine aux constructeurs et maillent ainsi le territoire, créant des emplois en région. Parallèlement au réseau de distribution des concessions classique bâti par les constructeurs pour les clients fidèles à une marque, le web 2.0 est devenu aussi un acteur pouvant épauler le secteur. Les mandataires automobiles l’ont bien compris.

En proposant des véhicules à moindre coût, ils apportent de nouvelles ventes, entre 3 et 5% du marché, attirées par des prix plus attractifs. En effet, comme le précise Thierry Koenig, co-fondateur d’Auto-IES.com, dont le PDG, Philippe Koenig, est délégué permanent en France pour la European Association of Independent Vehicle Traders (EAIVT) et président de la Fédération Française des Distributeurs Automobile Indépendants (FFDAI), « les mandataires sont les alliés et non les concurrents des constructeurs car ils apportent de nouvelles ventes. Ils permettent aussi aux consommateurs d’acheter un véhicule de gamme supérieure à un prix moindre et aux concessionnaires d’alléger leurs stocks et de toucher leur primes de fin d’année !» De plus, l’achat chez les mandataires permet de contrer une tendance qui pourrait nuire à tous : l’achat de voiture de gamme moindre. En effet, les consommateurs sont tentés d’opter pour un véhicule d’occasion ou de descendre en gamme pour des contraintes économiques, quitte à mettre de côté des critères de sécurité qu’ils considéraient jusqu’alors comme primordiaux. C’est ce que l’on observe avec le succès des modèles low cost.

Pourtant, cette tendance est aussi néfaste pour le secteur qui met de côté les innovations technologiques et les progrès en termes d’émissions de particules. D’après l’étude Cetelem, les consommateurs sont aussi prêts pour un changement de modèle de distribution dans une dynamique de réduction des coûts. Ainsi 36% des français se déclarent prêts à acheter et à payer leur voiture sur internet et 73% seraient prêts à prendre livraison dans un simple dépôt en échange d’un prix attractif. Exactement ce que proposent les mandataires !

A PROPOS D’AUTO-IES.COM

Créé en 1987 par les frères Koenig, Auto-IES.com est le leader européen de la vente de voitures neuves sur Internet (tourisme et utilitaires). Véritable centrale d’achat et mandataire automobile, Auto-IES.com fait partie des 10 premiers acheteurs de voitures neuves en Europe. Pionnier du secteur en France, Auto-IES.com est le premier mandataire à être triplement certifié Qualité, Sécurité, Environnement, pour toujours mieux répondre aux demandes de ses clients. Basé en Auvergne, à 10 km de Vichy, Auto-IES.com dispose de 15 centres de livraison, agréés ISO 9001, répartis sur tout le territoire français et proches de la plupart des grandes villes françaises mais également d’un réseau de concessionnaires livreurs répartis dans la France entière. Auto-IES.com est une société soutenue par deux grands groupes financiers de premier plan qui en sont devenus actionnaires via leurs filiales : le groupe BNP Paribas et le groupe Crédit Agricole.

www.Auto-IES.com

Chiffres clefs Stock et arrivage : plus de 500 véhicules Remise : jusqu’à 40% d’économies selon les modèles et les marques. Chiffre d’affaires 2011 : 60 millions d’euros Ventes 2011 : 5 000 voitures vendues Visiteurs uniques par mois : 500.000 / mois Véhicules vendus par le groupe depuis la création : 95 000

Partenariats : Accès Privilèges, ACEF, Auchan, Cdiscount, CSF, Entrepreneur.fr, L’internaute Auto, Maïf, Rueducommerce, Topachat,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Affichez votre pub ici

Autres articles

Recevez les mises à jour

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Autres articles

EnglishFrançais