La Ligue Française contre la Sclérose en Plaques crée avec BETC Digital, agence de communication digitale, une campagne intitulée “Never Ending Story” pour parler de la Sclérose en Plaques, plus fréquemment connue sous le nom de SEP. Cette campagne de sensibilisation, d’une durée de 1 minute, est diffusée à travers une Story Instagram depuis le 13 Janvier. La première Story qui ne s’arrête jamais…

Les Scléroses en Plaques sont des maladies sans fin

La Sclérose en Plaque est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Depuis sa découverte au XIXe siècle, la SEP garde encore de nombreux mystères, dont celui de ses origines.

En revanche, il n’existe pas UNE mais DES scléroses en plaques, tant les symptômes varient d’un malade à l’autre et même d’une période à une autre. Néanmoins, différents signes peuvent alerter comme la fatigue, des troubles de la vision (floue, névrite optique…), des troubles moteurs telle que la perte d’équilibre mais aussi des troubles sensitifs (fourmillements, perte de sensibilité…).

La SEP n’est pas encore curable, malheureusement les malades doivent vivre avec toute leur vie. Comme une histoire sans fin.

Chaque jour ça recommence ! La story sans fin de Clémence Sèze

À travers la campagne “Never Ending Story”, c’est Clémence Sèze, une jeune femme d’apparence comme les autres, qui partage la story de sa journée sur Instagram, à la manière d’un journal intime. Mais en visionnant ses vidéos, les internautes découvrent qu’elle revit tous les jours la même journée, comme si elle en était prisonnière. À travers de très courtes scénettes, des phénomènes étranges sont mis en scène, se répétant sans cesse. Ce sont les symptômes de la SEP : troubles visuels, sensitifs, vertige, fatigue…

Une bosse sur mon front. Comment c’est arrivé ? Je n’arrive pas à m’en rappeler. Ces pertes de mémoires sont liées aux troubles cognitifs.

La story de sa journée, censée disparaître au bout de 24h, revient en réalité chaque jour.

Ici, contrairement à la vie idéalisée habituellement dévoilée via les réseaux sociaux et le côté jetable de l’info (une story ne dure pas et on a tendance à passer de l’une à l’autre sans trop faire attention à son contenu), la maladie ne peut pas être contournée. Et c’est justement là que se trouve toute la subtilité de la campagne et du média utilisé !

Un véritable objectif de sensibiliser le jeune public, également concerné par la maladie

Format dédié à l’application et plébiscité par les jeunes générations qui en font leur moyen d’expression favori, la story s’avère être le média idéal pour la Ligue française contre la sclérose en plaques. En choisissant ce format, l’association prend clairement le parti de s’adresser aux jeunes générations (également fortement touchées par la maladie) et ne fait pas qu’emprunter leurs moyens de communication : elle s’en amuse et s’en sert au profit d’un message fort et impactant, pour mieux apprendre et sensibiliser.

« Tout le monde a entendu parler de la sclérose en plaques, de sa gravité, mais très peu savent de quoi il s’agit vraiment. Nous avons donc imaginé une campagne incarnée pour faire découvrir les symptômes majeurs de cette maladie complexe et protéiforme. » explique Christophe Clapier – Directeur de Création chez BETC Digital.

Une campagne pensée dans les moindres détails, donc, jusqu’à la redirection vers le site WEB de l’association, où les différents symptômes sont listés, sans pouvoir en voir la fin. À chacun d’eux est affilié une description, et surtout : un lien vers une plateforme de don pour aider la recherche.

Autres termes recherchés :

About Author

Leave A Reply