Cet article a été lu 336 fois

Traduit littéralement par « coup de pouce » ou « coup de coude », le nudge est une technique économique et marketing révélée il y a 10 ans qui vient tout juste d’être sacrée par un prix Nobel aux Etats-Unis.

Comme beaucoup de techniques marketing et économiques, le nudge arrive tout droit des États-Unis. Deux chercheurs américains, le juriste Cass Sunstein et l’économiste Richard Thaler ont reçu le prix Nobel de l’économie pour leurs travaux,e le 9 octobre dernier. En développant le concept du paternalisme libéral, les 2 hommes ont détaillé la manière que l’humain avait de prendre des décisions en fonctions de multiples facteurs cognitifs : la prise en compte de l’avis des autres, les peurs, les intentions, les souvenirs… Leurs travaux définirent le concept de « nudge », une technique « d’incitation douce » faisant appel aux facteurs affectifs des hommes et des femmes dans un but de les faire agir.

Le concept vous parait encore vague ? Pourtant dans notre quotidien, des petits exemples de nudge sont partout ! Prenons l’exemple des prix de nos commerçants : « 9,99 €, 19.99 €…, 99,99 €… ». En baissant d’un centime le prix du produit, le vendeur ne franchit pas la fameuse « barrière psychologique » que s’impose l’acheteur.

 

L’invitation douce

Aux États-Unis, le nudge a rapidement pris un autre tournant. Les pouvoirs publics ont très vite compris que cette technique efficace pouvait servir le pays sur des enjeux importants comme l’environnement. Si le citoyen était prêt à changer ses habitudes d’achat, alors il pouvait être prêt à changer son comportement !

A Chicago par exemple, la mairie souhaitait réduire le nombre d’accidents de la route à un endroit bien précis. Pour inciter les gens à ralentir dans un virage dangereux, la ville a peint des lignes blanches qui se resserrent à l’entrée du virage. Une vraie réussite pour la ville qui a enregistré cette année-là 36% d’accidents en moins  !

Le nudge installé à Chicago – 2008 – ©Volvet.fr

 

En Grande Bretagne, le nudge aussi a facilement été adopté par le gouvernement qui créa une « nudge unit » spécialement dédiée à la réflexion et mise en place de nudges. En 2014, le site du don d’organes a créé et publié cette phrase sur son site : « Chaque jour, des milliers de gens qui voient cette page décident de s’enregistrer ». Résultat ? 96 000 dons supplémentaires en un an.

En France, le nudge arrive en grande pompe !

Plusieurs opérations se sont faites remarquées dans certaines agglomérations de notre pays. Comme à Lyon où les marches du métro ont été peintes de couleurs très vives pour inciter les gens à marcher. Il y a également l’exemple du RER à Paris avec ces énormes dents entourant les portes du train pour décourager les gens de se jeter dedans.

  Nudge à Lyon – 2016 –  ©Le Parisien

Nudge RER Paris – 2017 – ©Twitter

Nudge Nantes – 2017 – Europe 1 ©Europe 1

Même si aucun « group unit » n’est officiellement déclaré, des groupes sauvages développent leurs actions locales ! Au gouvernement, 4 personnes sont exclusivement dédiées au Nudge. En parallèle, l’association Nudge France œuvre aussi dans ce sens. Expert en conseil comportemental, professeur de psychologie, membre du gouvernement… le groupuscule est composée de profils complémentaires qui recherchent activement des adhérents convaincus par le concept !

En cette fin d’année, Le Nudge France lance son Challenge CUP, en partenariat avec Greenpeace. Le concept : proposer le meilleur nudge sur le thème de la consommation alimentaire responsable ! Ce concours, ouvert aux étudiants, sera soumis à une étape de sélection sur dossiers et les meilleurs d’entre eux présenteront leurs idées à l’occasion d’un grand oral. Plus d’informations ici.

A Paris, la start-up e-Green, pour l’UrbanLab de Paris&Co,  a été choisi pour son projet : une application mobile qui vise à sensibiliser les habitants de 4 bâtiments résidentiels sur l’économie d’eau au travers d’une approche ludique. Concrètement, à travers une application, les participants motivés suivront et analyseront leur consommation d’eau à l’échelle du bâtiment et relèveront un défi collectif. Les économies réalisées seront transformées en « GreenPoints » et le but sera d’en collecter un maximum.L’ensemble du projet est décrit sur le site de L’UrbanLab.

 

Alors, ouvrez bien les yeux, les nudges sont partout et c’est plutôt une bonne nouvelle !

 

 

Autres termes recherchés :

About Author

Leave A Reply